Les problèmes d'attachement sont-ils à l'origine de la personnalité narcissique?

Jeune personneLes personnes à la personnalité narcissique peuvent souvent avoir des troubles à la fois dans leur estime de soi et dans leurs relations avec les autres. Certains pensent que le personnalité narcissique est créé au début de la vie à la suite d'une mauvaise adaptation attachement .



Une école de pensée est que le narcissisme est le résultat d'un développement arrêté, dans lequel la personne reste fixée à un âge infantile ou très jeune et ne se manifeste qu'en fonction de ses désirs et de ses besoins. Par exemple, un bébé ne pense pas à ce que sa mère veut ou a besoin; ils ne sont concernés que par soi . Comme pour les nourrissons, les narcissiques ont tendance à ne pas se préoccuper des sentiments de l’autre, mais uniquement des leurs.

Il a été théorisé que ceux qui sont «pathologiquement narcissiques» (un niveau normal de narcissisme est essentiel pour amour propre ) ne sont pas totalement «fixés» dans une phase de développement de la petite enfance - la phase «moi», ou phase narcissique du développement - mais se sont plutôt développés pathologiquement. Cela affecte leurs modèles de travail internes pour l'amour de soi et l'amour-objet (l'amour des autres).



Les personnes à la personnalité narcissique ne présentent souvent pas de comportement gravement perturbé et peuvent très bien fonctionner socialement et professionnellement.

Le narcissisme dans le contexte des relations d'objets



Les objets sont des figures d'attachement. Dans relations d'objet théorie, l'objet est la personne à laquelle on s'attache au tout début du développement, généralement la mère ou le principal dispensateur de soins. Au fur et à mesure qu'une personne progresse en âge, de nouveaux objets apparaissent et deviennent également des objets d'attachement.

Les relations d'objet sont les relations que les gens nouent avec les autres. Le premier autre significatif est souvent la mère. Au fur et à mesure qu'une personne se développe, elle apprend des représentations mentales des éléments suivants:

  • L'objet tel qu'il est perçu par le soi
  • Le moi par rapport à l'objet
  • La relation entre soi et l'autre

Ces concepts préparent le terrain pour toutes les relations futures de chacun, à la fois avec soi-même et avec les autres.

Le développement de mécanismes de défense narcissiques



Les narcissiques ont tendance à avoir un ou les deux parents qui sont chroniquement froids et secrètement agressifs. Bien qu'ils puissent sembler superficiellement bien organisés, ils peuvent avoir un degré sous-jacent de dureté, d'indifférence et d'agression non verbale lorsqu'ils sont parents (Kernberg, 1992).

Une partie du développement implique la différenciation du soi de l'autre, où un test de réalité normal devrait avoir lieu. Lorsque les premiers objets d'attachement sont incohérents, abusifs ou négligents, l'individu en développement a besoin d'un mécanisme psychologique qui lui permette d'échapper au conflit entre le besoin de l'objet externe et la peur de celui-ci (Kernberg, 1992). Des mécanismes d'adaptation ou de défense peuvent alors s'ensuivre.

Les personnes qui ont développé des personnalités narcissiques le font souvent parce qu'elles n'ont pas été capables d'intérioriser un «bon» objet; au contraire, ils en ont intériorisé un problème effrayant, dont ils sont incapables de se réconforter. Pour cette raison, au lieu de s'attacher aux autres d'une manière saine, ils utilisent des mécanismes d'adaptation défensifs pour établir des relations. L'un d'eux est l'idéalisation:



Ces individus s'identifient à leurs propres images idéales de soi afin de nier la dépendance normale aux objets extérieurs et aux représentations intériorisées des objets extérieurs. C’est comme s’ils disaient: «Je n’ai pas besoin de craindre d’être rejeté pour ne pas être à la hauteur de l’idéal de moi-même qui, à lui seul, me permet d’être aimé par la personne idéale que j'imagine qui m'aimerait. Cette personne idéale et mon image idéale de cette personne et de mon vrai moi ne font qu’un, et mieux que la personne idéale que je voulais m'aimer, de sorte que je n’ai plus besoin de personne d’autre. »—Otto F. Kernberg, MD, FAPA

En d'autres termes, la tension normale entre le soi réel (enfant en développement avec des besoins non satisfaits) et le parent réel (parent émotionnellement indisponible) d'une part, et le moi idéal et l'objet idéal de l'autre, est éliminée par la création d'un soi imaginaire. -concept et fantaisie autre-concept à l'intérieur. Parallèlement, les images du vrai moi «inacceptable» sont refoulées puis projetées sur les autres.

Remarque:C'est pourquoi les personnes en relation avec des narcissiques sont souvent dévalorisées et rejetées - elles reçoivent le narcissique projection de leurs vraies croyances sur soi-même ainsi que la déception et colère de ne pas vraiment être un partenaire / enfant / objet idéal ou fantastique.

Comment les narcissiques se rapportent à soi-même et aux autres

Les personnes ayant une personnalité narcissique peuvent avoir du mal à saisir en interne les concepts de base d'une connexion saine. Ils ne l'ont peut-être pas expérimenté pour l'intérioriser de manière appropriée. Une relation et une harmonisation saines n'ont peut-être pas été suffisamment «reflétées» sur l'enfant en développement. Ainsi, l'enfant a un déficit d'attachement.

Les narcissiques peuvent être particulièrement incapables de ressentir des émotions profondes, telles que le désir et tristesse et dans leurs relations avec les autres, ils peuvent éprouver des sentiments d'indifférence. Les émotions profondes ressenties par les narcissiques sont le plus souvent celles qui sont liées aux blessures personnelles de l'ego. Dans ces cas, les narcissiques ressentiront les émotions de rage, envie , et rancœur .

Les types de mécanismes primitifs d'adaptation ou de défense pour établir des relations avec les autres comprennent le fractionnement (tous mauvais / tous bons), le déni , projection, grandiosité et idéalisation.

En plus de cela, ceux qui ont des personnalités narcissiques s'adapteront aux exigences morales de leur environnement en tant que «paiement» ou «prix à payer» afin d'obtenir un approvisionnement narcissique, comme l'éloge et l'admiration. Ne vous laissez pas berner. Les narcissiques ne font que ce qui leur apporte une récompense pour eux-mêmes. Ils ne sont conformes aux normes de la société à aucune autre fin. En fait, à cause de ce point de vue narcissique, ils peuvent aussi croire que les autres pensent de la même manière; par conséquent, ils projettent ce point de vue sur les autres, c'est pourquoi ils ont tendance à ne pas faire confiance aux autres.

Les narcissiques sont connus pour ne pas se soucier des sentiments des autres. Ils peuvent voir les autres comme de simples objets, mis en place pour répondre à leurs propres besoins. Cependant, cela peut poser un problème aux narcissiques, car pour qu'ils bénéficient des éloges et de l'admiration des autres, ces autres doivent, à un certain niveau, avoir de la valeur.

En substance, un narcissique peut voir les autres sous une sorte de forme obscure, une représentation idéalisée du moi interne et idéalisé du narcissique. Cela crée une dualité et un dilemme pour le narcissique, mais cela en explique beaucoup sur les cibles de l'abus narcissique. Ils peuvent avoir été à la fois idéalisés et dévalorisés dans une relation avec un narcissique, deux projections de la haine de soi du narcissique et de son auto-élévation.

Références:

  1. Kernberg, O. (1992).Conditions limites et narcissisme pathologique. Northvale, New Jersey: Jason Aronson, Inc.
  2. Linehan, M. M. (1993).Traitement cognitivo-comportemental du trouble de la personnalité limite. New York, NY: The Guilford Press.

Droits d'auteur 2020 estilltravel.com. Tous les droits sont réservés. Autorisation de publication accordée par Sharie Stines, PsyD , thérapeute à La Habra, Californie

L'article précédent a été écrit uniquement par l'auteur susmentionné. Les opinions et opinions exprimées ne sont pas nécessairement partagées par estilltravel.com. Les questions ou préoccupations concernant l'article précédent peuvent être adressées à l'auteur ou publiées sous forme de commentaire ci-dessous.

  • 5 commentaires
  • Laissez un commentaire
  • pseudo

    4 janvier 2020 à 05h45

    J'ai 72 ans, je suis en thérapie depuis l'âge de 15 ans, je n'ai jamais reçu de diagnostic de NPD mais j'ai été diagnostiquée avec PDNOS et DDNOS il y a environ 10 ans par un thérapeute spécialiste en traumatologie qui a mis fin à la thérapie après 6 ans en disant qu'elle n'avait pas le ressources émotionnelles pour continuer. Quand je lui ai demandé au début de la thérapie une description de ce qu'elle pensait être mal - ou une question comme celle-là - elle a dit que j'étais «narcissiquement blessée et fragmentée».

    J'ai fait beaucoup de mes propres recherches et ruminations pendant toutes ces années. Je ne savais pas ce qui n'allait pas mais je sentais vraiment que quelque chose était. J'ai lu sur la honte et le narcissisme dans les années 1990 et je me suis reconnu dans certaines de ces situations. J'ai mentionné un article que j'ai lu au début des années 2000 à un thérapeute que je voyais à l'époque et elle m'a dit «pourquoi lis-tu ce truc!» Je suppose que je me suis présenté comme quelqu'un qui avait juste une faible estime de soi et le remède à cela n'était pas de penser comme ça? Personne ne reconnaissait qu'il y avait quelque chose de vraiment faux à l'intérieur, et ce que cela pouvait être. Au moins, le dernier thérapeute semblait en savoir quelque chose de plus à ce sujet que tous les thérapeutes que j'avais vus auparavant, ou les programmes de PIO auxquels j'avais participé.

    Je pense que je me connais assez bien à ce stade. Je reconnais certaines choses sur moi-même dans ce que vous avez écrit et même si je ne correspond pas aux critères de NPD dans le DSM, je voudrais offrir cette perspective de l’intérieur d’une personne atteinte de narcissisme blessé.

    Premièrement, je pense avoir trouvé une «issue» en utilisant la théorie de Kohut. Ses idées me ressemblaient plus, à moi, qu'aux relations d'objet, bien qu'il y ait là des idées utiles sur l'attachement. En particulier, je n’ai pas l’impression «d’intérioriser» un bon objet. Les selfobjects de Kohut me ressemblent plus à ce qui se passe. Et dans cette théorie, la capacité d'avoir un bon objet est innée, en tant qu'objet du soi. Si cela a un sens, mais c’est le mieux que je puisse faire pour expliquer ce que je ressens. Je peux reconnaître quand je suis dans un état grandiose - je veux que les autres m'admirent - et quand je suis dans un état d'idéalisation. Je peux «me relier» aux autres de deux manières. Autrement dit, je peux sentir à quel point ils sont mes «objets personnels», même si je sais maintenant ou je peux soupçonner qu'ils sont plus que cela. Au moins parfois. Ce qui manquait, c'était la fonction de jumelage et la capacité de se relier aux autres en tant que jumelles / autres. Cela a été endommagé dans l'enfance, je suppose. Et si / quand je peux activer et renforcer cela, alors cela me sort de mon état archaïque / fantastique.

    J'essayais des groupes de soutien depuis plus de 15 ans lorsque le dernier thérapeute m'a congédié. Et bien que son rejet ait été traumatisant et re-traumatique, je ne suis pas retourné chez un autre thérapeute. Au lieu de cela, j'ai trouvé un bon soutien de la part de certains sites en ligne et d'un groupe de soutien informel dans lequel je suis, des gens qui se sont rencontrés dans un autre type de réunion en ligne. J'ai consciemment essayé de faire ce que je pouvais pour voir et me rapporter à ces autres en tant que «jumeaux».

    Je voudrais également mentionner que le rejet du dernier thérapeute imitait des situations et activait des réponses et des sentiments qui étaient là-bas et comme figés. Finalement, j'ai ressenti ce qui devait être la blessure originale et insupportable - et je n'avais rien d'autre pour aider que, heureusement, mes groupes de soutien. Je n'allais pas essayer d'autres thérapeutes. Même si j'étais une épave émotionnelle à ce moment-là.

    Donc, je ne suis pas un NPD classique, et cela peut ne pas fonctionner pour tout le monde avec le narcissisme. Mais je pense qu'entendre des personnes narcissiques parler de notre narcissisme aiderait les thérapeutes et, espérons-le, certains chercheurs, à avoir une meilleure compréhension scientifique de ce qui se passe. Ce qui peut conduire à d'autres moyens d'y contribuer.

    De plus, j'ai clairement une bonne fonction cognitive et j'aurais pu l'utiliser si j'avais trouvé ou aurais pu faire une alliance thérapeutique ou une collaboration de manière scientifique et de résolution de problèmes. J'ai essayé, mais la plupart des thérapeutes ne fonctionnent pas comme ça. Une partie de cela peut être du tempérament, j'ai tendance à être analytique et scientifique. C'est peut-être une question de «fit», mais je n'ai jamais pu comprendre ce que cela signifiait, peut-être parce que je n'avais pas cette fonction jumelle qui fonctionnait très bien.

  • Kathleen

    9 janvier 2020 à 1:57 AM

    Merci d'avoir écrit ceci. C'est la première auto-évaluation d'une personne avec NPD ou quelque chose de proche que j'ai lu en de nombreuses années de formation sur NPD. Par définition, le narcissique de ma vie ne s'est jamais et ne s'expliquera jamais à moi, j'ai été écarté, affaire classée. Donc, entendre cela est vraiment incroyable. Votre reconnaissance de votre vie intérieure est très astucieuse et le fait que vous avez voulu le faire et l'avez fait est incroyable et, je pense que pour vous, une satisfaction intérieure à plusieurs niveaux. Nous avons tous besoin de connaître notre moi intérieur, je crois. Nous devons nous enregistrer souvent. Nous luttons tous de différentes manières. Vous avez fait cela en faisant l'expérience de la perte la plus profonde dès le début de la formation de l'attachement et de la confiance, mais ce n'est pas le cas. Je suppose que ce que vous avez appris par la curiosité et la nécessité vous a soutenu et amélioré la vie et les relations. J'espère qu'il en est ainsi et j'envoie mes pensées et mes souhaits de paix et d'acceptation de soi au fil des ans.

  • Danielle

    22 janvier 2020 à 8h16

    salut

  • Peter Knudsen

    27 janvier 2020 à 8h51

    le narcissisme n'est pas un choix mais un trouble de santé mentale, ce sont de purs méchants,

  • jane c.

    27 avril 2020 à 9h15

    s'ils étaient du mal pur, nous ne considérerions pas le NPD comme un trouble de la personnalité, juste des degrés de mal