Suis-je moche ou suis-je jolie?

Jeune fille, jouer, habillerQue nous voulions l'admettre ou non, les questions «Suis-je moche?» et 'Suis-je jolie?' bavarder dans l’esprit d’une femme tout au long de sa vie. Ce sont des questions apprises par les filles à un âge précoce.



Une tendance qui se produit actuellement sur YouTube parle de ce phénomène séculaire d'une toute nouvelle manière. Des adolescentes et des adolescentes publient des vidéos et demandent à des inconnus de leur dire si elles sont jolies ou laides. Est-ce voyeuriste? Une configuration pour la cyberintimidation? Un comportement de recherche d'attention? Les filles non supervisées sont juste des filles? Ou les filles utilisent-elles simplement les moyens de communication actuels des médias pour faire ce que les filles, les femmes et la société en général font depuis des années?

Dès le plus jeune âge, ces questions s'imprègnent dans la psyché d'une femme. Nous développons une police de beauté intérieure. C’est une voix si insidieuse qu’elle devient banale. Souvent, cette voix s'emballe dans nos esprits avec des déclarations harcelantes telles que: «Elle est plus maigre que moi, a une poitrine plus belle, un meilleur dos, des pommettes ciselées, des lèvres plus pulpeuses, des dents plus droites, un nez plus petit, des yeux magnifiques, de beaux cheveux , une peau parfaite…'



À la fin du primaire et au début de l'adolescence, les filles commencent à remarquer qu'être jolie apporte appartenance, acceptation, attention et popularité. Sur le plan du développement, l'une des choses les plus importantes pour un adolescent est de s'intégrer. Une autre tâche clé du développement consiste à faire passer les messages de la société à haute voix et à les essayer pour la taille, dans le cadre du développement d'une identité et d'un sens de soi. Les adolescents disent la vérité à voix haute parfois beaucoup plus fort que les adultes ou la société ne veulent l'entendre. Une vérité d'être une femme est la prise de conscience des questions, 'Suis-je moche?' et 'Suis-je jolie?'



Une manière très évidente d'être acceptée en tant que fille est d'être jolie. Il est difficile d’échapper à l’adolescence sans intégrer le désir d’être jolie dans son identité. Malheureusement, en tant que filles, nous absorbons souvent le message que les jolies filles sont heureuses et aimées, et les filles laides sont malheureuses et détestées. Ces croyances sont-elles problématiques? Très certainement! Malheureusement, une partie de l'inculturation des femmes consiste à être bombardées quotidiennement de ces messages sociétaux. Il est difficile de grandir femme et indemne.

En tant que femmes, nous nous comparons aux millions d'images féminines que nous prenons à la télévision, au cinéma, sur le Web et sur les pages de magazines. Nous prenons ensuite ces images et nous nous comparons aux femmes qui nous entourent dans notre vie quotidienne. En marchant dans les couloirs des écoles, les filles se posent ces questions. Les femmes le font parfois lorsqu'elles déposent leurs enfants à l'école et voient d'autres mamans ou lorsqu'elles se rendent à des réunions sociales et professionnelles. Nous dimensionnons le groupe et déterminons les plus jolies filles ou femmes du groupe et où nous nous situons en comparaison. Notre esprit se demande 'Suis-je assez comparé à elle?' ou «Suis-je moche par rapport à elle»? Dans ce jeu mental comparatif, l'un est plus ou moins qu'un autre; il n'y a pas d'autre moyen de jouer.

Le plus souvent, chaque femme qui réfléchit tombe dans les affres du «moins que», mais nous continuons à jouer à ce jeu fou. Le seul remède à ce problème consiste à jouer à un jeu complètement différent dans lequel une concentration excessive sur la beauté et la comparaison avec d'autres femmes n'est pas du tout une règle du jeu. Au lieu de cela, nous devons encourager les filles à poser des questions telles que «Quelles sont mes forces? Quelles sont mes capacités? De quoi suis-je passionné? Qu'est-ce qui a du sens pour moi? Qu'est-ce qui est bon, génial et étonnant chez moi à part mon apparence? »



Les questions sociétales qui imprègnent notre culture féminine du 'Suis-je moche?' et 'Suis-je jolie?' doit être considérée comme du harcèlement social plutôt que comme un problème d’estime de soi ou un désir d’attention d’une fille. Les médias ont attiré l'attention sur l'intimidation dans nos écoles aujourd'hui et la nécessité de stratégies anti-intimidation. De même, les médias doivent mettre en lumière le harcèlement social qui contribue à ce que les filles publient de telles questions sur YouTube. Nous devons développer des stratégies anti-intimidation pour l'intimidateur de beauté qui tourmente les filles et les femmes au quotidien.

C'est cet aspect de la société qui est brisé et qui a besoin d'être réparé, pas ces filles. Les filles sur YouTube parlent simplement de la réalité d'être une fille et une femme dans le monde d'aujourd'hui. Ils posent les questions à voix haute, avec un peu plus de retentissement que les adultes et la société qui les entourent peuvent être à l'aise. Devons-nous nous inquiéter et nous demander pourquoi ces filles font cela? Absolument! Ce serait formidable si ce phénomène YouTube incitait de nombreuses personnes à se poser la question 'Comment pouvons-nous renforcer l'estime de soi et la confiance des adolescentes?' et «Comment enseigner aux filles, aux femmes et à la société dans son ensemble à poser des questions d'évaluation plus gentilles et plus aimantes sur les femmes?» Ce sont vraiment les questions qui doivent être posées.

Articles Liés:
Votre corps et vous définir
Elle déteste ses cuisses
Miroir Miroir



Copyright 2012 estilltravel.com. Tous les droits sont réservés. Autorisation de publication accordée par Nicole Ehart, psychologue agréée limitée, thérapeute à Canton, Michigan

L'article précédent a été écrit uniquement par l'auteur susmentionné. Les opinions et opinions exprimées ne sont pas nécessairement partagées par estilltravel.com. Les questions ou préoccupations concernant l'article précédent peuvent être adressées à l'auteur ou publiées sous forme de commentaire ci-dessous.

  • 18 commentaires
  • Laissez un commentaire
  • Jamie

    27 mars 2012 à 15:22

    Les jeunes filles publient vraiment ces choses en ligne et demandent aux autres de les noter? C'est insensé! Personne ne leur a-t-il dit à quel point cela pouvait être dangereux? Pensez à tous les pervers qui traînent dans le cyberespace à la recherche d'une chance de s'attaquer à ces jeunes filles qui sont déjà aux prises avec leur estime de soi et à la recherche de celles qui seront si faciles à manipuler. Dieu, comme cela devient effrayant!

  • Annabelle

    27 mars 2012 à 16:42

    Et combien d'entre nous y jouent un rôle en continuant d'affirmer qu'être jolie est en effet valorisée dans toutes les facettes de la société

  • Laura Nolan

    27 mars 2012 à 18:36

    C'est pourquoi j'ai toujours détesté Disney! Dès 2 ans, les enfants pensent (surtout les filles) qu'ils ne sont pas adéquats et ont honte de ne pas ressembler à une princesse Disney. En tant que parents, nous semblons adorer ces personnages, je pense que c'est là que commence une grande partie de cette valeur disproportionnée sur l'apparence.

  • Steven

    28 mars 2012 à 04h10

    Laura - pendant que je vois ce que tu veux en venir, tu ne penses pas qu'il est un peu injuste de blâmer les princesses pour ce que nos petites filles se sentent? Je suppose que si vous ne faites que souligner l'aspect esthétique, alors bien sûr, ces jeunes filles vont penser que c'est la pièce la plus importante du puzzle. Mais que diriez-vous au lieu de cela de regarder et de souligner leur courage et leur compassion, leur capacité à voir le bien chez les autres alors que personne d'autre ne le peut? Je ne dis pas que je veux que mon enfant ait ces personnages comme seuls modèles, mais il y a des aspects positifs dans les histoires et les histoires de leur vie dont ils peuvent apprendre et imiter et je serais d'accord avec cela.

  • maureen gregg

    28 mars 2012 à 11:38

    Le plus triste à propos de tant de choses, c'est que les femmes se retournent contre d'autres femmes. Nous jugeons assez durement, parfois beaucoup plus durement que les hommes, et cela ne nous mène absolument nulle part.

  • Craig

    28 mars 2012 à 23:29

    on ne devrait pas être fier de quelque chose pour lequel il n’a pas travaillé, y compris une belle apparence. En faisant cela, cela n’a vraiment aucun sens de se comparer aux autres et de poser des questions comme si je suis moche. vous ne faites que vous mettre sous tension et ne faites aucun bien à votre estime de soi, car il y aura toujours quelqu'un de plus joli que vous!

  • PlayDrMom

    29 mars 2012 à 13h06

    Merci beaucoup d'avoir partagé ce post! Le mot doit être diffusé sur quel problème de société il s'agit! Travaillons pour élargir notre attention sur la personne ENTIÈRE… pas seulement un aspect (comme l'apparence). Excellent article!

  • MayCurl

    29 mars 2012 à 16:27

    Il est temps que quelqu'un commence à en parler. Être une personne formidable ne se résume pas à son apparence. La société doit mettre de l'ordre dans ses priorités.

  • Joyeux B

    29 mars 2012 à 17h04

    Ne savez-vous pas que la plupart du temps, les jeunes filles obtiennent leurs idées sur l’estime de soi et ce qui est joli ou pas de leur propre mère? Combien de fois vos filles vous ont-elles entendu vous demander si vous aviez l'air gros, ou froncer les sourcils dans le miroir, ou refuser d'accepter un compliment si quelqu'un vous dit que vous êtes belle ou jolie. Pensez aux messages que vous transmettez personnellement à votre enfant avec le régime constant et le dégoût constant de soi que vous exprimez à propos de votre apparence et de votre corps. Je sais que la société joue un rôle dans tout cela - d'où viennent tous nos propres sentiments en premier lieu? Mais nous, en tant que mamans, ne pouvons pas non plus nous soustraire à cette responsabilité, car je crains qu’une grande partie du blâme sur la façon dont nos filles se sentent et sur la façon dont elles choisissent de communiquer ce message retombe directement à nos pieds.

  • Diana Schoen

    29 mars 2012 à 20:37

    Je suis l’une des patientes de Nicole depuis plus de six ans. Cette femme a été mon rocher. Je lui ai référé de nombreux amis. Elle leur a également été d'une aide précieuse. La plupart des gens (hommes et femmes) que j'ai rencontrés m'ont toujours dit à quel point je suis jolie, ou à quel point je suis éduquée, bla bla, bla! Je ne me suis JAMAIS senti jolie. Ma mère est une personne magnifique, talentueuse et généreuse. Elle ne s'est jamais sentie jolie non plus. Il faut apprendre à s'aimer soi-même et à s'aimer soi-même de l'intérieur !!! La faible estime de soi, comme ce dont ma mère et moi souffrons, est le résultat non seulement de ce que Nicole écrit, des attentes de la société, mais aussi de la violence verbale constante. Notre violence verbale vient de nos conjoints et partenaires. Chaque fois que je commence à sentir que je suis digne, ou jolie, ou que je vais bien… .POW !!!! Un autre revers. Habituellement des mains d'un homme. Comme je suis pathétique de devoir obtenir mon bonheur d'un type qui me dit à quel point je suis «belle» et «magnifique» en me mentant, en me trompant et en me déchirant en lambeaux! Je trouve ironique qu'en raison de la vie avec un sociopathe et des conséquences, j'ai perdu plus de 50 livres. Surtout à cause du chagrin, de la douleur et de l'angoisse, tout ce que j'entends de tout le monde, c'est à quel point je suis JOLIE maintenant! Je ne sais pas si j'ai du sens pour qui que ce soit, mais j'ai tellement de douleur et une faible estime de moi que je pense que je suis hideux. Si vous êtes en surpoids ou simple, mais que vous êtes heureux et que vous avez quelqu'un qui vous traite bien, CELA est joli !!!!

  • Melinda C.

    30 mars 2012 à 12:12

    Je transmets ceci à mes amis avec des adolescentes. Tant de choses à penser. La question suivante: comment, en tant que parents de garçons et de filles, commençons-nous à détourner l'attention de la beauté féminine et à savoir à quel point une fille est gentille, intelligente, amicale et socialement consciente?

  • ChrisW

    31 mars 2012 à 6h40

    Excellent article! Beau est qui nous sommes. Pas ce que les gens voient à l'extérieur, mais qui ils voient de l'intérieur. J'ai connu tant de personnes au cours des 20 dernières années (après le lycée) qui, selon les normes de la société, seraient considérées comme «attrayantes» pour lesquelles une fois que j'ai appris à connaître, je ne les trouvais tout simplement pas attirantes à cause de leur attitude ou de leur personnalité. Je pense que nous sommes nombreux à évoluer dans cette attitude, mais j'aimerais qu'elle se développe plus tôt.

    Je suis d'accord avec Melinda, nous devons enseigner non seulement à nos filles, mais à nos garçons. C’est ainsi que la proposition de Nicole deviendra réalité. Mon mari et moi sommes de grands partisans de l'enseignement à nos deux garçons par nos paroles et nos actions. En fin de compte, notre bonheur avec les autres vient de la façon dont ils nous traitent et de leur personnalité, et non de la façon dont ils apparaissent à l'extérieur.

  • houx

    2 avril 2012 à 21h00

    L'intimidation ne vient pas seulement des médias et de forces extérieures, mais également de groupes de pairs. Tout le monde se souvient des jolies filles méchantes qui dirigeaient le lycée et des processus de classement basés sur une variété de mesures de ce qui constitue «jolie». Personne ne sort indemne du processus, y compris ceux qui occupent un rang élevé. C'est un système avilissant et dévalorisant qui détourne vos femmes de la compréhension de leurs propres intérêts et capacités.

  • Il y a un

    3 avril 2012 à 05:13

    En 2007, l'American Psychological Association a publié un rapport sur la sexualisation des filles. Il a discuté de la façon dont les filles sont exposées à toute cette idée de se demander si elles sont «jolies ou laides» à des âges de plus en plus jeunes, les exposant au risque de problèmes de santé mentale tels que les troubles de l'alimentation, la faible estime de soi et la dépression. Comme cet article Suis-je laid ou Suis-je joli sur estilltravel.com, il accueille une discussion sur ce sujet très important. Je trouve merveilleux que ce sujet soit discuté d’une manière aussi honnête. C'est une conversation qui doit vraiment avoir lieu pour le bien de nos filles et de nos garçons, comme plusieurs autres l'ont commenté ci-dessus (Melinda et Chris). Excellent article! Merci d'avoir lancé la discussion. Voici quelques liens vers la «conversation» de l'APA pour toute personne intéressée: apa.org/pi/women/programs/girls/report.aspx
    ET apa.org/pi/women/programs/girls/report-full.pdf

    Merci d'avoir discuté de ce sujet de manière aussi honnête et directe dans cet article de blog. C’est une conversation qu’il faut avoir pour le bien de nos filles et de nos garçons. Excellent article!

  • RJ

    3 avril 2012 à 9h24

    Article bien écrit et assez opportun. Quelqu'un doit dire des choses comme celles-ci, car ce n'est pas le message véhiculé par la publicité ou les médias populaires. La partie la plus interne de celui-ci est que le message semble être présenté à un public de plus en plus jeune chaque année.

  • Lidia D

    3 avril 2012 à 19h12

    Excellent article! Nous devons éduquer les enfants sur ce qu'est la beauté et ce qui est important. La vraie beauté est à l'intérieur.

  • Kate

    5 avril 2012 à 10h12

    Je me souviens avoir traversé les hauts et les bas de la puberté. C'était assez difficile sans pouvoir mettre mes peurs sur un site Web pour que tous les conframent ou les nient.

  • Jeanette

    5 avril 2012 à 10h56

    L'auteur de cet article fait ressortir un point important. Elle dit plutôt que de critiquer les filles, examinez le système culturel qui en fait une question si importante pour les filles. Je pense que les femmes doivent continuer à faire plus de progrès économiques et éducatifs, afin que notre société change d'attitude sur la beauté.